Déclaration : Un début de changement, le 1 novembre 2018

Monsieur le Président, au cours des quatre dernières années, j’ai perdu confiance dans le gouvernement et son leadership. L’ingérence politique dans les travaux de l’Assemblée législative, la négligence qui s’est installée dans les systèmes de santé, de protection de l’enfance et des soins aux personnes âgées, l’inaction au sujet de la pauvreté, le congédiement de la médecin hygiéniste en chef et le démantèlement son bureau office, le transfert du programme extramural à Medavie, l’inaction au sujet de l’énergie renouvelable, du changement climatique et de la dégradation de nos forêts… tout cela a fait en sorte que l’état de notre province s’est détérioré.

Il faut préciser que les Libéraux avaient hérité de quatre années d’administration torie peu reluisante. Je doute fort qu’ils aient évolué, car les récents commentaires sur la fracturation hydraulique, les droits linguistiques, les peuples autochtones et le changement climatique me confirment que c’est du pareil au même.

Heureusement, nous avons un gouvernement minoritaire… mon caucus vert pourra apporter du changement en collaborant avec les députés de tous les partis. Et c’est justement ce que mes électeurs et tous les gens du Nouveau-Brunswick souhaitent et ont hâte de voir.

David Coon a dit aux médias plus tard que :
« Le discours du Trône et les amendements qui ont été proposés ont justement le potentiel de faire germer le changement. C’est ce qui me pousse à voter en faveur du discours du Trône. »