Motion: Thérapie de conversion, December 13, 2018

attendu que la thérapie de conversion vise à changer l’orientation sexuelle d’une personne ;
attendu que la Société canadienne de psychologie affirme que : « La recherche scientifique nie l’efficacité de la thérapie de conversion ou de la thérapie réparatrice » ;
attendu que la Société canadienne de pédiatrie déclare que : « De toute évidence, la thérapie de conversion ou la thérapie réparatrice, qui consiste à tenter de transformer les gais ou les lesbiennes en hétérosexuels, est contraire à l’éthique, ne devrait pas être dispensée par un médecin, et les médecins ne devraient pas orienter leurs patients vers ce type de thérapie » ;
attendu qu’il est généralement reconnu que la thérapie de conversion a des effets néfastes sur les membres de la communauté LGBTQ+ et les jeunes ;
attendu que les administrations du pays et du continent ont pris des mesures pour interdire la fourniture d’une thérapie de conversion et l’aiguillage vers des services offrant la thérapie de conversion ;
qu’il soit à ces causes résolu que l’Assemblée législative exhorte le gouvernement à interdire la fourniture d’une thérapie de conversion au Nouveau-Brunswick,
que l’Assemblée législative exhorte le gouvernement à interdire l’aiguillage vers des services offrant la thérapie de conversion au Nouveau-Brunswick ou à l’extérieur de la province,
que l’Assemblée législative exhorte le gouvernement à interdire l’utilisation de fonds publics pour donner accès à des services offrant la thérapie de conversion au Nouveau-Brunswick ou à l’extérieur de la province ou pour les soutenir autrement.